FOSSILE :

lys de mer (crinoïde) Apiocrinites roissyanus d'Orbigny

ANATOMIE :

fragment avec le calice et les bras

LOCALITÉ :

Boncourt-Queue au Loup

GÉOLOGIE :

- 156 millions d’années, Oxfordien, Jurassique supérieur

 

FORME ACTUELLE :

lys de mer
 
Classification et répartition stratigraphique

Les crinoïdes sont des invertébrés marins appartenant à l’embranchement des échinodermes, dans lequel on trouve notamment les oursins et les étoiles de mer. Leur morphologie fait penser à des plantes, ce qui leur a valu sans doute l’appellation commune de lys de mer.

Environ 6000 espèces fossiles ont été décrites et quelques centaines vivent encore actuellement. Les crinoïdes ont connu leur apogée au Paléozoïque (-540 à -250 millions d’années) où ils ont formé de véritables accumulations. Après avoir presque totalement disparu à la fin de cette période, ils connurent un renouveau au Mésozoïque (-250 à -65 millions d’années), avec des formes aux bras flexibles. Leur diversité connaît néanmoins un déclin depuis quelques dizaines de millions d’années et les espèces actuelles sont rares et souvent retranchées dans des milieux marins profonds.

On retrouve la plupart des crinoïdes fossiles sous forme de débris. Parfois, leur formidable accumulation a formé des roches particulières (calcaires à entroques). Dans de rares gisements, on a mis au jour des individus articulés. Cette préservation exceptionnelle est alors liée à des dépôts de sédiments très rapides, consécutifs à des tempêtes ou des coulées de boues sous-marines.

Morphologie et écologie

Chaque individu était constitué d’une sorte de racine appelée crampon et d’un pédoncule (tige) coiffé par une couronne. Celle-ci était elle-même formée d’un calice muni de bras. On connaît cependant quelques rares espèces fossiles dépourvues de tiges, les comatules.


Figure modifiée de http://www.fossile.fr/infos/crino.htm

La plupart des espèces de crinoïdes étaient sessiles, c’est-à-dire qu’elles vivaient fixées sur un substrat dur comme un tronc flottant ou un récif. Souvent coloniaux, les crinoïdes ont constitué, durant certaines époques géologiques, de véritables « prairies » en mer peu profonde. Ils capturaient au moyen de leurs bras le plancton amené par les courants marins et faisaient descendre la nourriture jusqu’à leur bouche située au-dessus du calice.

La tige et le calice des crinoïdes ont souvent été le refuge d’organismes commensaux comme les serpules (sortes de vers) ou certains gastéropodes qui s’y encroûtaient.

home           back           top